i.SPLF Biblio
Sources & critères | Rechercher
LOGIN
Modifier votre profil
Publications du Jeudi 19 mars 2020

FOCUS "ASSISTANCE À LA FONCTION RESPIRATOIRE"
Avec le soutien institutionnel de L3 Médical
Un réglage automatique de machine ne fait pas mieux qu'un réglage manuel
  Maxime Patout et al. - Respirology 2020; AOP: 10.1111/resp.13784

Encore une étude négative sur un mode en pression à volume cible. Mais certains pourront dire que le mode automatique fait aussi bien que l'expert alors...en tous les cas pas mieux sur la qualité du sommeil!

- Pr Jésus Gonzalez-Bermejo -
Version HTML | Version PDFVersion imprimablePartager cet article

À LA UNE
Les nanotechnologies et le poumon
  Mohammad Doroudian et al. - Thorax 2019; 74(10): 965-76

On parle souvent ici des effets néfastes de la pollution atmosphérique, notamment des nanoparticules, encore appelées PM 0.1 ou PUF pour particules ultrafines, mais il y a l’autre face de la médaille. Les irlandais de Dublin proposent dans Thorax une mise au point sur les bénéfices pour le pneumologue à attendre des nanotechnologies. Tous les domaines sont concernés. Pour le diagnostic : en premier lieu le nez électronique avec des applications dans presque toutes les pathologies (asthme, BPCO, charge bactérienne, HTAP…) mais aussi des nanodisques pour le diagnostic des mycobacteries par le sérum. Pour le traitement les nano DDS (nano drug delivery system) permettent d’apporter par voie veineuse les drogues (notamment anticancéreuse) de façon plus ciblée. C’est vrai aussi par voie inhalée en particulier pour les antibiotiques (amikacine, ciprofloxacine) ou les bronchodilatateurs voire les corticoïdes. Enfin dans la mucoviscidose dans le cadre de la thérapie génique le transfert de gène par les vecteurs non viraux (nanoparticulaires) a l’air plus maniable que les vecteurs viraux.

Une révolution est en marche nous dit-on…

- Dr Olivier Brun -
Version HTML | Version PDFVersion imprimablePartager cet article

La réduction de volume endoscopique dans la vraie vie
  Nadine May et al. - Lung 2020; 198(1):

Quand on regarde les derniers arbres décisionnels concernant la prise en charge instrumentale des emphysèmes on a l’impression qu’il existe une solution pour chaque cas. Cette étude allemande décrit ce qu’il est advenu de 138 patients adressés pour une telle prise en charge dans un centre spécialisé de Munich. Il s’intéresse surtout à savoir pourquoi 72% des patients ont été récusés. La première raison est le type d’emphysème (trop homogène, bulle géante, adhésions pleurales…). La seconde est un tabagisme persistant (l’article ne dit pas s’il y a eu mesure de cotinine urinaire…). Viennent ensuite une trop bonne fonction respiratoire, la découverte sur le scanner d’une deuxième pathologie (fibrose, cancer…), une « décompensation «  respiratoire, le refus du patient, une lourde comorbidité, etc.

D’où l’importance de bien bilanter le malade avant de l’envoyer dans un de ces centres et de le prévenir qu’on l’envoie juste pour se renseigner sur la faisabilité d’un tel geste.

- Dr Olivier Brun -
Version HTML | Version PDFVersion imprimablePartager cet article

Pour les kinésithérapeutes : rééduquer les muscles respiratoires chez le sujet tétraplégique est très utile
  Claire L Boswell-Ruys et al. - Thorax 2020; 75(3): 279-88

64 malades tétraplégiques mais non dépendants de la ventilation, ont été randomisés vers un entraînement des muscles respiratoires ou pas pendant 6 semaines. Les patients entraînés ont amélioré leur force musculaire respiratoire, le questionnaire de symptômes, le questionnaire de qualité de vie et la sensation de dyspnée, ainsi que le nombre de complications respiratoires. Par contre il n'y avait aucune amélioration des autres paramètres fonctionnels (CV, CPT, VEMS)

A noter les malades étaient aigus ou chroniques. Et le protocole de rééducation était plus tôt intense, allant vers la fin à 80% de la Pimax du sujet. Il n'est pas clair dans l'article si les malades étaient ventilés ou pas, alors qu'il y avait des tétraplégiques de niveau C4 dans le groupe. En tous les cas, peu coûteux, utile et donc à faire dans vos réanimations, dans vos services de rééducation.

- Pr Jésus Gonzalez-Bermejo -
Version HTML | Version PDFVersion imprimablePartager cet article


Afin de vous accompagner dans votre pratique professionnelle et vous permettre un accès facilité et toujours disponible à l'information médicale, nous mettons à votre disposition cette plateforme scientifique ciblée sur votre domaine d'expertise.
GNM Healthcare Consulting Ireland, Ltd vous propose un accès privilégié aux derniers articles, disponibles en version originale et intégrale, aux formats PDF et HTML en pneumologie.

www.splf.org
Attention : l'objectif est de fournir des informations sur l'état actuel de la recherche ; ainsi certaines données publiées dans ces articles peuvent ne pas avoir été validées par les autorités de santé françaises et seront mentionnées comme telles. La publication de ce contenu est effectuée sous la seule responsabilité de l'éditeur. Les laboratoires Chiesi et L3 Médical ne sont pas intervenus dans le choix du contenu ni dans la rédaction des articles.
Si vous rencontrez des problèmes d'affichage, cliquez ici
En collaboration avec
www.chiesi.fr
soutien de la SPLF

En m'abonnant au service "i.SPLF Biblio", je confirme avoir pris connaissance des Conditions générales d'utilisation du service et j'accepte que GNM Healthcare Consulting Ireland, Ltd utilise les données saisies lors de mon inscription dans le but de me fournir un envoi d'informations hebdomadaire en lien avec ses services conformément à la Politique de confidentialité.
Vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, de suppression, de limitation du traitement ainsi qu'un droit à la portabilité de vos données personnelles. Vous pouvez également exercer le droit de vous opposer au traitement en vous désabonnant à tout moment en cliquant sur le lien "Se désabonner". Cette action entraînera une désinscription de nos services. Pour exercer vos droits, il vous suffit d'adresser une demande à dpo@gnmhealthcare.com. Si vous estimez, après nous avoir contactés, que vos droits ne sont pas respectés vous pouvez adresser une réclamation à la CNIL.